Avant de vendre des bijoux, le joaillier sélectionne des pierres. C’est une question d’expérience. C’est la qualité d’un réseau tissé au fil du temps. Les plus belles pierres de l’autre bout du monde arrivent dans l’atelier de Philippe Algier. Mais pas seules. Les diamants sont achetés par lots, à Anvers, parfois à Londres. Le marché est très structuré, et les lots correspondent à des niveaux de qualité clairs.

Les saphirs et les rubis des plus belles qualités viennent de Birmanie, de Ceylan, de Thailande, du Brésil, d’Afrique. Les émeraudes proviennent du Brésil, de Colombie, d’Afrique du Sud. Le joaillier, partout, s’est tissé un réseau, connaît les acteurs du marché, obtient les plus belles pièces.

La qualité d’une pierre tient en trois adjectifs : limpide, chatoyant, brillant. La netteté d’une pierre fait sa valeur et c’est pour elle qu’on la choisit.

Philippe Algier crée pour les plus impressionnantes des pierres des bijoux uniques, qui savent mettre l’éclat, la taille, la transparence en relief.